L'aspect sportif PDF Imprimer Envoyer

 

Le principe fondamental est de former des combattants qui sachent manier en toute sécurité des reconstitutions (non coupantes) d’armes de type médiéval. Afin d’assurer cet objectif, chaque membre de CEFC assiste à au moins un cours hebdomadaire de deux heures où il joue le partenaire d’autres membres du même niveau. Chaque cours est composé d’échauffements, d’exercices techniques puis de combat libre, le tout dirigé par un des enseignants de CEFC. Les exercices suivent des programmes pédagogiques, adaptés au nombre d’années de pratique des membres, qui permettent d’apprendre de manière progressive et cadrée les éléments techniques. Au cœur de tous ces programmes réside deux notions fondamentales : la non-touche, la maîtrise de l’arme. Grâce à ces notions, chaque adhérent est à même de pratiquer du combat médiéval destiné à l'animation et d'évoluer ensuite vers des techniques plus « réelles ».

 

 

La non touche

pres_combat2.jpg

Parfois appelée « frappe-confiance », la non-touche consiste a pratiquer une escrime où les armes ne choquent jamais le corps des participants. Tout au plus vient-on poser son arme après l'avoir arrêtée près du corps, et cela dans des situations bien précises, notamment lors de corps-à-corps. Bien entendu, cela limite le réalisme du combat mais est obligatoire dans le cadre d’un combat sans armure. Cette non-touche est fondamentale pour que deux partenaires puissent ferrailler en sécurité. Si l’un des deux fait une erreur, un faux mouvement ou n’a pas la possibilité de parer, l’autre doit être capable d’arrêter sa lame avant le choc.

Cela s’apprend naturellement au cours des exercices dont le but premier est d’apprendre à maîtriser son arme.

photo 1 - frappe confiance après une esquive

La maîtrise de l’arme

Dès les premiers entraînements, la maîtrise est le maître mot des entraînements. Pour aider les membres à acquérir cette maîtrise, le programme pédagogique des trois premières années se base uniquement sur l’apprentissage de l’épée longue (à deux mains) avec un ensemble restreint de trajectoires d’attaque et de parade. Après trois ans, les combattants commencent à avoir une bonne maîtrise de l’arme à deux mains, et dès lors passent à l’apprentissage de l’épée à une main, avec ou sans bouclier, ainsi que le grand bâton. Au total, cela demande cinq à six années pour former correctement un combattant (nombre que l’on retrouve en escrime moderne). Tout au long de ces années, l’apprentissage de la maîtrise permet aux combattants d’évoluer vers une escrime de plus en plus réelle et rapide, tout en gardant les critères de sécurité imposés dès le premier entraînement.
pres_combat1.jpg
photo 2 - attaque et parade tête, (apprises au premier entraînement)

 

« Nos » escrimes

pres_combat3.jpg
A la fin des trois premières années, un combattant est capable de produire une démonstration improvisée (ou chorégraphiée) avec beaucoup de mouvements, d’exagérations, bref, avec une escrime de spectacle comme dans les films. Cette escrime est bien loin de la réalité d’un duel puisqu’elle suppose deux partenaires et non pas deux adversaires. Malgré cela, elle reste très technique (d’où la durée d’apprentissage) et assure une base solide pour évoluer vers une escrime plus « réelle ».

Grâce à la maîtrise acquise, les membres peuvent ensuite apprendre à manier l’épée à deux mains puis une main selon une escrime où les deux combattants sont beaucoup plus dans l’affrontement, cherchant ou provoquant l’ouverture pour potentiellement « tuer » ou « neutraliser » l’autre. Cette escrime inclut de nombreuses techniques de prises de fer, de parades spéciales, esquives, corps-à-corps, … Ces techniques se sont construites progressivement, par l’expérimentation sur plusieurs années, et forment à présent un ensemble cohérent et efficace. Pour preuve, bon nombre de ces techniques se retrouvent dans les différents traités de combat médiéval et même en escrime moderne.

Enfin, ceux qui le souhaitent peuvent apprendre le maniement du grand bâton ainsi que des techniques avec deux épées et épée/bouclier.

photo 3 - prise de lame, suivie d'une projection & étranglement

Pour aller plus loin :

  • Présentation des techniques de combat pour l'animation - 1er niveau  [ → aller ]
  • Présentation des bases techniques "avancées"  [ → aller ]