L'animation PDF Imprimer Envoyer

Pour les adhérents les plus motivés, CEFC leur donne l’occasion de participer à des fêtes, spectacles, banquets, etc. en tant qu’intervenants. Motivés car l’animation demande un investissement autrement plus important que le côté sportif. Ainsi, ceux d’entre nous que vous aurez l’occasion de rencontrer sur des animations sont non seulement des combattants mais aussi capables d’animer un atelier pédagogique ou de produire le matériel dont nous avons besoin. Effectivement, l’essentiel des costumes, objets utilitaires, tentes, équipement guerrier, etc. ont été fabriqués par nos soins. C’est entre autre pour cela que chaque intervenant sur un atelier en parle en connaissance de cause.

Les animations classiques que nous proposons prennent la forme d'un campement d'une petit troupe de mercenaires, en attente de contrat. Contrairement à des troupes dites de « reconstitution », notre équipement couvre une période large, allant du IXème à la fin du XIIIème siècle. En effet, notre souci principal n'est pas de proposer une sorte de musée ambulant d'une période très précise mais de proposer une vision assez large et pédagogique du moyen-âge. C'est pourquoi, certaines choses peuvent sembler anachroniques au connaisseur alors qu'elles nous servent de repères historiques dans nos explications. Par exemple, dans une fête « An mil », nous présentons des choses antérieures et postérieures à cette époque afin que le public en comprenne les tenants et les aboutissants. C'est ainsi beaucoup plus pédagogique.

Quant au contenu de ces animations, il se décline en trois domaines : les démonstrations d'armes, les ateliers et la musique.

 

Les démonstrations d'armes

    L'objectif de ces démonstrations n'est pas de faire beaucoup de bruit en répétant toujours les mêmes gestes. Encore une fois, nous visons le côté pédagogique. Pour cela, nous montrons et expliquons plusieurs configurations de duels en utilisant différents types d'équipement (bâton, dague, épée une ou deux main, cotte de maille, bouclier, ...). Chaque configuration fait l'objet d'une présentation de l'équipement, de passes d'armes improvisées ou d'exemples préparés, et d'une analyse. Cela permet d'illustrer deux principes : un combat ne dure généralement que quelques secondes et c'est la volonté de terrasser l'autre qui prime.

    Pour mettre en relief ces principes, nous utilisons les techniques efficaces développées lors des entraînements sportifs. Nous expliquons en quoi elles sont efficaces et les comparons souvent à ce que l'on peut voir dans les films, qui bien que spectaculaire, est souvent totalement stupide en terme de combat. Nos passes d'armes n'étant pas chorégraphiées, ce qu'elles perdent en spectaculaire, elles le gagnent en réalisme et spontanéité. Bien entendu, nous ne poussons pas le réalisme à l'extrême, notamment en ne frappant pas à pleine force et vitesse, pour des raisons évidentes de sécurité.

    Le public peut également voir que l'efficacité est liée à une logique intemporelle du combat. Même si les armes changent et évoluent, la logique reste la même. En fait, la plupart des gestes de l'escrime moderne sont simplement un héritage de ceux de la renaissance, eux même hérités du moyen-âge. Au cours des démonstrations, nous illustrons cette remarque à de nombreuses reprises quand bien même nous utilisons un équipement ne dépassant pas le XIIIème siècle.

 

Les ateliers pédagogiques

    L’objectif principal des ateliers est de faire passer au public des connaissances basiques sur le moyen-âge, souvent à l’opposé des à priori hérités des historiens du XIXème siècle. Par exemple, l’atelier « vie quotidienne » permet de « casser » les mythes de la ceinture de chasteté et de la consommation de viande pourrie.

   Quand bien même notre période de prédilection va du IXème au XIIIème siècles, nous nous efforçons de présenter une vision synthétique, notamment en donnant des comparaisons entre les différentes époques marquantes du moyen-âge. Par exemple, la présentation des armes permet d'aborder le fait que l’armure de plate n’est utilisée qu’à la toute fin du moyen-âge, alors que la cotte de maille est utilisée de l’antiquité jusqu’à l’époque moderne.


    Le deuxième objectif est l’interactivité du public. Contrairement à de nombreuses troupes d’animations, et à fortiori de reconstitution, nous faisons participer un maximum le public, qui ne se contente pas d’écouter mais qui peut toucher, essayer, goûter, ...

    Voici un résumé de nos ateliers principaux.

pres_viequot2.jpg pres_viequot1.jpg

 
 
 
 
 
- La vie quotidienne : cet atelier est l’occasion pour le public de découvrir des éléments de la vie quotidienne au moyen-âge, notamment la cuisine et les épices. Le public peut ainsi participer à l’élaboration de différentes recettes, goûter le résultat et s’essayer à deviner le nom d’épices et plantes en pots. Il peut aussi découvrir le tissage de galons en utilisant un métier à cartes.

 

 
 
 
- L’atelier des armes : l’histoire de l’armement présente les armes et armures classiques du moyen-âge en s’efforçant de préciser leur origine et pourquoi elles sont apparues. Et pour ceux qui veulent un souvenir, ils ont la possibilité d’essayer le harnois du combattant type du XIème spres_armes.jpgiècle, avec haubert, camail, bouclier, épée et lance.
 

  

 

- La cotte de maille : cet atelier présente les différentes techniques utilisées dans la fabrication de la cotte de maille : 4 en un, 6 en un, rivetée ou pres_cotte.jpgnon, … Au travers d’explications et de reproductions, le public apprend à connaître l’efficacité de ce type d’armure qui, notons-le, est toujours employé dans les abattoirs. Le public peut également s'essayer à la fabrication et repartir avec son ouvrage.

 

 

- Le cuir : bourses, aumônières, fourreaux, chaussures... Autant d'objets de la vie quotidienne comportant du cuir. Cet atelier présente les bases de la couture du cuir à la main et du repoussage pour créer des reliefs.



- La forge : cet atelier présente le travail du métal à chaud pour former les objets de la vie quotidienne tels que des couteaux, briquet, boucles, outils, pointes de flèches, ... Les techniques de base du formage et du trempage y sont expliquées, ainsi que les « mystères » de la soudure à chaud.

 

La musique

pres_musique1.jpg

   Un certain nombre de membres de la compagnie sont des musiciens accomplis et sont à même de présenter des pièces musicales médiévales ainsi que des contes en musique. Leurs interventions se font généralement devant une petite assemblée, si possible au calme, principalement à cause du manque de puissance sonore des instruments médiévaux. 

    Ils sont également disponibles pour présenter leurs instruments au public et pour répondre à toute question concernant la musique et son histoire.